Chronique d’une première fois lumineuse [4/5]

Tête d'or Une

Après trois jours à arpenter les rues du centre-ville, il me fallait regoûter à la nature. Ce sera donc le 6e arrondissement et le Parc de la Tête d’Or. Depuis la fenêtre de mon appartement, les yeux plantés sur l’interminable file d’attente du métro, je cherche tout de même à repousser l’échéance. J’ai le regard du condamné rivé sur la potence.

Je me retrouve finalement dans une rame soudain devenue trop petite, au milieu d’un couple de quinquagénaire. Je suis la feuille de salade d’un sandwich conjugal. Madame porte « L’instant » de Guerlain, Monsieur porte…à gauche. Oui, nous étions vraiment serrés ! Mais nous étions bien tous les trois, Madame qui n’en menait pas large et Monsieur à l’étroit. J’ai presque eu du mal à les quitter, j’étais l’ami qui leur veut du bien, j’étais la mie entre ces deux deux bouts de pain.

Ceci est une intervention - By Philippe Jawor

Ceci est une intervention – By Philippe Jawor

J’avais promis que je verrais les daims mais il n’en sera rien. Le Parc est balisé lui aussi. Et la police municipale veille au grain. Une famille choisit malgré tout de franchir le ruban rouge et blanc. Instant d’anarchie. Un murmure s’élève de la foule. Les chiffres de la délinquance sont prêt à exploser dans l’arrondissement. Suffisant pour déclencher une réaction immédiate des forces de l’ordre. Gyrophare, véhicule qui démarre en presque trombe parce qu’il faut quand même s’arrêter 30 mètres plus loin, dérapage sur 20 cm au frein à main, agent assermenté qui s’extirpe de l’habitacle, main à la ceinture pour finalement déchirer la nuit d’un strident « Hey Ho, y’a des barrières, c’est pas pour rien ! ». Oui, la Tête d’Or c’est le Texas sans caféine. Le Pulco à la place de l’injection létale et des flamands roses pour remplacer les chevaux.  Si j’étais policier ici je m’amuserais à scier les barreaux des enclos pour rattraper des pélicans au lasso.

Magicarpes de niveau 100 vs Salamèche de niveau 12 - By Philippe Jawor

Magicarpes de niveau 100 vs Salamèche de niveau 12 – By Philippe Jawor

Bref, toute cette mise en scène pour quoi ? Des Magicarpes. Deux énormes poissons et deux libellules qui planent délicatement au dessus de la foule (œuvre n°1 pour les nostalgiques de Pokémon). Sur une musique angoissante, les visiteurs déambulent au milieu des arbres. La faible lueur des lanternes peine à se refléter sur le sol terreux. Ce soir, la Tête d’Or c’est une soirée du Temple Solaire dans la boue du Hellfest. Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi ? Heureusement qu’ils ne se pointent pas ici le dimanche soir.

Non, plus sérieusement, c’est un joli spot avec plein de chlorophylle autour. C’est féérique et reposant. Tellement reposant que j’ai le courage de rentrer à pieds. J’avance dans le sillage de deux octogénaires à l’élégance incontestable. Botoxées, ultra-violetées et parfumées. Ça sent la naphtaline et le sapin. C’est triste comme un Noël sans lendemain. J’en viendrais presque à regretter mes instants de Guerlain.

Publicités

Une réponse à “Chronique d’une première fois lumineuse [4/5]

  1. Pingback: La première fois… de Céline et Hugo | Lumen·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s