La première fois… de Thierry Frémaux

Fête des Lumières 2014

Thierry Frémaux se rappelle d’une fête qu’il « fallait inventer en déambulant, en allant d’un quartier à un autre, sans raison autre » / Photo DR

Thierry Frémaux est le directeur de l’Institut Lumière et le délégué général du Festival de Cannes. Natif de Tullins dans l’Isère, il a grandi dans le quartier des Minguettes à Vénissieux et a suivi l’évolution de la Fête des Lumières, qu’il appelle toujours « le 8 décembre ». Pour Lumen, il se remémore sa première fois :

A part avec mes parents, c’était avec les amis du lycée Marcel Sembat de Vénissieux, le 8 décembre 1975. Nous sommes venus avec le bus n°12. On y a passé toute la soirée et sommes rentrés… à pied.

Avant c’était juste le 8 décembre. D’ailleurs, j’appelle toujours ça « le 8 décembre ». Il y avait des lumignons partout, la ville elle-même se transformait. Il fallait inventer sa propre fête en déambulant, en allant d’un quartier à un autre, sans raison autre car il n’y avait pas d’installations, pas d’illuminations. La fête était un peu aux mains des radios, comme RMC et Europe 1, qui faisaient un concert Place Bellecour.

J’ai le souvenir que le Château Lumière et le quartier Monplaisir furent les premiers, grâce à la MJC, à faire quelque chose d’ambitieux, mais j’embellis sûrement. Puis, ça a évolué avec Michel Noir et Gérard Collomb, en même temps que la ville se transformait. Grâce à eux, aux équipes, aux artistes, le 8 décembre est devenu ce qu’il est, quelque chose de grandiose et d’unique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s